Organisation de chantiers, missions et stages humanitaires

cette initiative est née pour faciliter les échanges socio-culturels entre le benin et le reste du monde

vous avez envie de partir en missions ?

vous avez du temps libre, des vacances où vous voudriez mettre un savoir faire ou de l'aide au service des autre, n'hésitez plus


monde de solidarité bénin vous offre la possibilité de partir soit en mission, soit en stage, pour une durée de votre choix.


les missions s'adressent avant tout pour les personnes désireuses d'apporter leurs aides à la cause de l'association. ces missions peuvent être de l'ordre de la santé, scolarité, construction, mise en place de centre, campagne de prévention et d'information.
les stages s'adressent principalement aux étudiants dont le cursus intègre des séquences en santé publique, médecine, santé communautaire, scolarité ou tous ce qui touche l'aide au développement.


en raison de votre envie de partir ou d'agir nous vous ferons découvrir les multiples projets de notre association 


monde de solidarité bénin a pour habitude de recevoir des stagiaires ainsi que des bénévoles tout au long de l'année. une de nos grandes valeurs consiste en l'immersion total du bénévole dans la culture béninoise. comment comprendre les problématiques d'un pays les priorités de ces habitants sans vivre pendant votre séjour à la mode béninoise ?a ce sujet, en quelque mots, nos valeurs se résume a ouverture d'esprit, bon sens, écoute, communication, initiative...

en 2009, à l'instar des pêcheurs de la côte béninoise, nous avons passé la «barre», non pas celle à franchir pour se retrouver en pleine mer, mais celle des 200 stagiaires. 
revenons donc sur un bilan mitigé, avec de belles expériences et des moments difficiles...


nous recevons des stagiaires isolés mais aussi des petits... et des grands groupes, et il faut bien avouer que leur encadrement n'est pas toujours aussi facile qu'on pourrait le penser.

 

question de logistique, d'abord : prévoir l'hébergement, les trajets, la prise en charge sur-place nécessite une grosse organisation. mais ce n'est pas là le plus compliqué, puisque les principaux problèmes que nous avons pu rencontrer au cours des cinq dernières années concernaient plus les susceptibilités individuelles que les questions de logistique proprement dites. chaque stagiaire est différent, de même que chaque groupe... et selon l'état d'esprit dans lequel ils arrivent au bénin, les choses peuvent se passer plus ou moins bien.

nous constatons ainsi sur le terrain que les stagiaires qui ne se sont pas suffisamment préparés psychologiquement aux réalités du pays et des conditions d'accueil peuvent rencontrer un certain nombre de difficultés. 

pour commencer, le bénin n'est pas la france. dans les activités quotidiennes, il fréquent de rencontrer des retards ou des pannes liées au transport. les réunions ne se tiennent pas forcément à l'heure annoncée et le travail peut être délayé à tout moment par des imprévus de toutes sortes qu'il faut apprendre à gérer, parfois, avec créativité. 
l'attente aussi fait partie de l'ordre des choses, une attente qu'il faut apprendre à vivre avec une certaine philosophie, et que l'impatience, l'agacement – ou dans certains cas, la panique ! - ne contribueront jamais à raccourcir !


en tant que stagiaires, vous êtes bien sûr sous la responsabilité de l'organisation, mais cela ne signifie pas que la direction, qui a un grand nombre de projets à gérer simultanément, soit à votre entière disposition pour le moindre problème mineur soulevé, vingt-quatre heures sur vingt-quatre...

d'autant que vous n'êtes jamais livré qu'à vous-mêmes, puisqu'un encadrant vous accompagne pour toute la durée de votre stage, afin de vous aider à débrouiller les ficelles (parfois compliquées) de l'organisation africaine, de vous orienter, et de vous soutenir dans vos démarches...


majeur, adulte, et responsable, on attend pourtant de vous que vous sachiez faire preuve d'initiative aux moments opportuns ; par exemple ; si un jour, vous ne vous sentez pas très bien, pourquoi attendre que les choses s'aggravent avant d'agir ? (je ne parle évidemment pas du cas où vous seriez cloué au lit avec 40 de fièvre, mais de celui où vous rencontreriez des problèmes de digestion, de fatigue, etc. comme cela peut arriver durant n'importe quel séjour) le bénin possède un système de santé efficace, et le dispensaire le plus proche n'est jamais bien loin... la consultation est loin d'être dispendieuse et vous serez rassuré de pouvoir exposer vos problèmes à un agent de santé, compétent en la matière....


vous n'avez plus d'eau potable à disposition ? montez sur un zemidjan pour aller au point de ravitaillement le plus proche et achetez-en un stock, que vous vous ferez rembourser plus tard par l'association... au lieu d'attendre en vous déshydratant lentement que le président diffère son programme pour faire vos courses à votre place. bien sûr, les frais de nourriture et de boisson sont compris dans le forfait que vous avez versé, mais est-ce une raison pour se laisser mourir de soif si la situation est telle que le ravitaillement ait pris un peu de retard ? de même, réfléchissez en adultes en conservant toujours assez d'argent sur vous pour couvrir vos besoins élémentaires «en cas de nécessité» ; acheter de l'eau, du crédit pour le téléphone, vous offrir un repas, le trajet sur cotonou ou le prix d'une consultation médicale ; et de quoi en retirer davantage en cas de besoin... 
car enfin, vous n'êtes pas venus au bénin pour être maternés et vous ne devez pas vous attendre à l'être ! 


selon le type de mission que vous effectuez (santé, sensibilisation, assistance aux enfants dans des écoles et orphelinats, soutien éducatif...) ne vous attendez pas forcément à trouver les activités parfaitement pré-organisées à votre intention... dans le cadre du stage, votre rôle peut aussi être de planifier leur mise en œuvre en vous appuyant sur les partenaires locaux. vous vous rendez compte que ce n'est pas forcément évident ? bienvenue dans la réalité d'un terrain qui est loin d'être facile tous les jours... tenté de vous y débrouiller par vous-mêmes vous en apprendra beaucoup sur vos propres ressources, votre ingéniosité et votre capacité à fédérer les autres !


bien qu'informés par avance des conditions de vie sommaire qui font intégralement partie de leur expérience sur-place, certains stagiaires, face à une réalité qu'ils n'avaient fait qu'imaginer, ont des réactions de rejet parfois vives.
il est compréhensible que la vue d'un matelas – ou même d'une natte- posé à même le sol en béton d'une habitation toute simple trouble de nouveaux arrivants encore sous le premier choc du dépaysement, et qu'ils s'interrogent, dans les premiers jours, sur les mystères des toilettes de brousse, de la douche au seau ou de la cuisine en extérieur.
cependant, est-il logique de rester butés sur de tels détails tout au long du stage et de s'en plaindre à tout moment ?


durant trois à six semaines voire plus, vous partagez les conditions de vie locales d'une vaste majorité de béninois. c'est un laps de temps extrêmement court durant lequel il n'y a aucun danger à vivre plus simplement que vous ne le faites habituellement... 
le risque est tout aussi faible que vous contractiez une maladie (surtout si vous avez bien fait tous vos vaccins et que vous respectez les règles de prévention ; dormir sous moustiquaire, prendre le traitement anti-palu...) ; et même si vous voyez vos habitudes alimentaires brusquement modifiées, c'est une garantie, vous regagnerez tous les kilos que vous aurez perdus une fois de retour en france. 

toutes ces choses vous paraissent évidentes ?
elles l'ont été, en théorie, pour beaucoup de ceux qui vous ont précédé... mais les faits peuvent hélas être vécus bien différemment...


nous conseillons à chaque stagiaire potentiel de réfléchir très honnêtement avant de s'engager en mission à son potentiel d'adaptation, à son esprit d'ouverture et à ses limites personnelles ; afin d'éviter de se lancer dans l'expérience par défi, pour se prouver quelque chose à soi-même ou «pour suivre les autres».


le manque d'autonomie et d'adaptabilité, une maturité insuffisante, une absence de confiance en soi et un besoin excessif de cadre rigoureux peuvent constituer des écueils importants à la réussite d'une mission, de même que la crainte de l'autre, qui entraîne souvent une certaine rigidité.


si vos réponses à la question «pourquoi voulez-vous partir» comprennent le désir d'expérimenter une vie différente, de rencontrer une autre culture et celui de s'enrichir professionnellement au travers de l'acquisition de compétences très différentes de celles offertes par les intervenants français que vous avez pu rencontrer dans votre domaine d'action, alors, il y a toutes les chances pour que les choses se passent bien pour vous. 
sur-place, souvenez-vous toujours que si ceux qui vous accueillent ne sont pas parfaits, qui d'autres pourra l'être. faites preuve de respect et d'humilité envers ceux qui vous ouvrent leurs portes et qui vous font découvrir leur univers ; exercez votre esprit critique à voir les qualités et les défauts de votre pays d'accueil d'un œil impartial ; relativisez les épreuves que vous traversez en vous disant qu'elles ne représentent rien en comparaison avec lesquelles que des millions de gens sont obligés de composer au quotidien ; sachez écouter au bon moment et vous imposer lorsque c'est nécessaire ; acceptez la réalité selon laquelle nul ne détient de vérité absolue sur les choses et apprenez à jongler avec les points de vue avant de vous forger le vôtre... 

nb: toutes personnes bénéficiant d'un avantage n'aura aucune réduction sur les frais de mission n'aura aucune réduction car ce tarif reste social et la différence sera automatiquement reversée à la participation aux projet de l'association.

en effet, pour les personnes qui arrivent dans un état d'esprit d'ouverture, de curiosité intellectuelle et de désir d'aller vers les autres, les parcours sur-place constituent toujours une expérience riche et positive, qui, une fois de retour au pays, constituera un point fort de leur parcours de formation.

 


au final, on dit que «l'afrique ne révèle à ceux qui y viennent que ce qu'ils ont apporté avec eux... ».
soyez donc prêts à vous confronter à l'image que vous renverra ce miroir... sans concessions !